Jimmy P. d’Arnaud Desplechin

10 février 2014 at 23:54 (Tac-tic critiques)

Photo: Métropole Films

Photo: Métropole Films

Ma critique du nouveau Desplechin (Un conte de Noël) sur le site du Cinéma Excentris:

http://cinemaexcentris.com/Jimmy-P-La-balance-des-sens

Belettement vôtre,

Amenicart

Publicités

Permalien Laisser un commentaire

The Monuments Men de George Clooney

10 février 2014 at 23:49 (Tac-tic critiques)

Photo: Columbia Pictures Industries, Inc. etTwentieth Century Fox Film Corporation (Claudette Barius)

Photo: Columbia Pictures Industries, Inc. etTwentieth Century Fox Film Corporation (Claudette Barius)

Le nouveau film de Clooney est sur nos écrans. La sortie a été retardée quelques fois, ce qui n’est jamais bon signe. Ma critique sur le site des Méconnus, sous le titre Les Monuments Men: ces joyeux lurons:

http://www.lesmeconnus.net/les-monuments-men-ces-joyeux-lurons/

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

La fête du Travail (Labor Day) de Jason Reitman

1 février 2014 at 19:01 (Tac-tic critiques)

Crédit: Production

Crédit: Production

Ouf, j’avais tellement hâte de voir le nouveau film de Jason Reitman, mais au final… Lisez ma critique, sur le site du Webzine Les Méconnus.

http://www.lesmeconnus.net/la-fete-du-travail-labor-day-futurs-evades-de-prison-prenez-des-notes/

J’aurais pu également titrer ma critique: J’rentre dans mon char pis j’me pète la tête sur le dash. Et boboy. Meilleure chance la prochaine fois Jason. J’t’aime pareil.

Le film est présentement à l’affiche.

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

Entre ego et héros, Le film Lego de Phil Lord et Christopher Miller

1 février 2014 at 18:34 (Tac-tic critiques)

Crédit: Warner Bros.

Crédit: Warner Bros.

L’idée de faire un film sur le monde des Lego, ce jeu de bloc qu’on emboîte et ses figurines aux mains en forme de crochet, est à la base assez intrigante. Lego a conquis tellement d’enfants et d’univers, comme le Far West, l’espace et même celui de super héros. Même la station d’essence Esso a eu droit à une création Lego à son effigie, avec laquelle j’ai joué pendant longtemps. Les créateurs du film, Phil Lord et Christopher Miller (Cloudy with a Chance of Meatballs, 21 Jump Street (2012) ont décidé de recréer tous les univers en faisant un hommage à l’ensemble de l’œuvre avec une histoire universelle contenant un bon, un méchant et surtout deux morales, simples, mais manipulées avec cœur.

Emmet est un jeune travailleur de la construction ordinaire, positif et enthousiaste. Un peu à l’écart de ses collègues, il tente d’entrer dans la gang comme il le peut. Comme les personnages qui entourent, sa façon d’être et de vivre lui est dictée, sans qu’il le sache vraiment, par un homme d’affaire au plan diabolique et à l’ego démesuré. Emmet sera transporté, bien malgré lui, dans une folle aventure qui lui permettra de découvrir celui qu’il est vraiment, c’est-à-dire un être unique, en abolissant le monde totalitaire dans lequel il vit.

Vous souvenez-vous du film Josie et les Pussycats (2001)? C’était l’histoire d’un populaire groupe de jeunes rockeuses qui se retrouvait au centre d’un complot, qui avait pour but de contrôler, de façon subliminale, les goûts musicaux de tout un chacun. Tout le monde dans le même moule, aucune place pour la différence, afin qu’un petit groupe de personnes s’enrichisse. Eh bien, c’est de cette manière que commence Le film Lego.

Emmet est l’anti-héros, un « reject » au grand cœur et par hasard, il trouve un objet très convoité, ce qui enclenchera une odyssée époustouflante. Pour l’épauler, il fera la rencontre de Wyldstyle, une jeune femme rebelle, un brin punk, sortie d’un autre monde et Vitruvius, un vieux sage. La course folle qui s’enchaine, contre ceux qui veulent récupérer l’objet de valeur, prend au vol Batman et tant d’autres personnages qui font partie du monde Lego et du monde de l’enfance. Même Han Solo et ses compères de Star Wars sont de la partie, pour notre plus grand plaisir.

Emmet et Batman font la paire.

Crédit: Warner Bros.

Le film Lego est proposé en 3D et sa version originale met en vedette les voix de Will Ferrell, qui donne sa voix au méchant (et peut-être plus…), Morgan Freeman (Vitruvius), Elizabeth Banks (WyldStyle) et pour ceux qui connaissent la série américaine Parks and Recreation, c’est Chris Pratt qui prête sa voix au principal héros, Emmet Brickowoski.

Le film est vraiment inventif et drôle. Les effets spéciaux, qui sont un mélange de stop-motion et de CGI, sont très bien faits. Aussitôt la fin de la projection, on a le goût de revoir le film une autre fois afin de pouvoir observer plus de détails. On nous en met plein la vue. On visite les principaux mondes de Lego de façon étonnante et quand on croit qu’on ne pourra pousser plus loin, on descend au plus profond de la réalité. On change de registre et l’on nous amène dans une autre morale, tout aussi valable, en projetant un clin d’œil au monde adulte. On reste accroché jusqu’à la fin. On sort du film diverti de façon intelligente, surprenante et pertinente.

Le film est distribué par Warner Bros. et il prend l’affiche le 7 février prochain.

Bon cinéma!

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

La grande beauté (La Grande Bellezza) de Paolo Sorrentino

1 février 2014 at 18:22 (Tac-tic critiques)

Crédit: Production (Gianni Fiorito)

Crédit: Production (Gianni Fiorito)

Ah! La grande beauté. Fellini inspire toujours! C’est ma première critique parue sur le site du Cinéma Excentris de Montréal. J’en suis très fière. J’adore ce cinéma qui a d’ailleurs l’un des équipements les plus sophistiqués du monde. Même le TIFF Bell Lightbox de Toronto s’est inspiré de notre Excentris.

Voici mon avis sur la nouvelle oeuvre de Sorrentino (Il Divo):

http://cinemaexcentris.com/La-Grande-Bellezza-Voyage-au-bout

Bon cinéma!

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

Le temps d’un été (August: Osage County) de John Wells

1 février 2014 at 18:14 (Tac-tic critiques)

Crédit: Production

Crédit: Production

Julia Roberts et Meryl Streep s’affrontent dans un scénario formidablement cruel. Dans mon coeur, elles gagnent toutes les deux des Oscars, mais il est évident que Cate Blanchett est formidable et va revoir la statuette dans la catégorie Meilleure actrice et qu’on remettra le prix de la Meilleure actrice de soutien à Jennifer Lawrence pour sa manucure et son décolleté. Ben oui, j’ai beaucoup aimé American Hustle pareil.

La grande Meryl Streep obtient quand même une 18e nomination aux Oscars cette année, donc elle n’est pas à plaindre. Il serait même temps qu’elle ait une récompense à elle, chaque année. The Golden Streep goes to…

Pour ma critique, rendez-vous sur le site du Webzine Les Méconnus:

http://www.lesmeconnus.net/le-temps-dun-ete-august-osage-county-la-guerre-a-table/

Il me semble que Denise Filiatrault pourrait faire une mise en scène du tonnerre avec la pièce originale. Une ligne, un punch.

Bon cinéma!

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

Elle (Her) de Spike Jonze

1 février 2014 at 18:01 (Tac-tic critiques)

Crédit: Warner Bros

Crédit: Warner Bros

Voici le lien de ma critique du film Elle (Her) de Spike Jonze, sur le site du Webzine Les Méconnus. Si vous n’avez pas encore vu ce film, dépêchez-vous!

http://www.lesmeconnus.net/elle-her-intimite-artificielle/

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Laisser un commentaire

2014

29 janvier 2014 at 11:51 (Aventures parallèles)

Plus d’un an plus tard, me revoici. Je me garderai de faire un résumé de 2013. Je suis simplement heureuse qu’elle soit du passé. Je me relève les manches et je regarde vers l’avant. Ainsi soit-il.

Je désire toutefois mentionner que je n’ai jamais été invitée sur le Touch. Je le jure! Ça doit être parce que je suis une femme. J’dis ça d’même là.

Côté cinématographique, l’année 2014 commence en force. En voici un extrait :

–       Don Jon de Joseph Gordon-Levitt

–       Crac de Frédéric Back (Paix à son âme.)

–       The Family de Luc Besson

–       About Time de Richard Curtis

–       Nebraska d’Alexander Payne

–       Philomena de Stephen Frears

–       Blue Jasmine de Woody Allen

–       Dallas Buyers Club de Jean-Marc Vallée

–       August: Osage County de John Wells (Ma critique sur Les Méconnus)

–       Comme une respiration de Jaëlle Marquis-Gobeille

–       Ressac de Pascale Ferland

–       American Hustle de David O’Russell

–       Saving Mr. Banks de John Lee Hancock

–       12 Years of Slave de Steve McQueen

–       Her de Spike Jones (Ma critique sur Les Méconnus)

–       The Wolf of Wall Street de Martin Scorsese

–       Inside Llewyn Davis des Frères Coen

–       Gravity d’Alfonso Cuaron

–       Les boxeuses de Kaboul de Ariel Nasr

–       The Color of Beauty de Elisabeth St.Phillips

–       Le démantèlement de Sébastien Pilote

–       Sans terre, c’est la faim de Amy Miller

–       Labor Day de Jason Reitman (que je vois ce soir)

Également, j’ai écrit une critique du film italien La Grande Bellezza qui a été publiée sur le site Web du cinéma Excentris.

Sans compter les séries télé :

–       Série Noire (C’est eux les vrais jeunes loups)

–       Masters of Sex

–       House of Cards

–       Unité 9

Les RVCQ s’en viennent et en ouverture, ils ont mis la main sur Miraculum, le nouveau film de Podz. Est-ce que j’ai hâte? Il va sans dire.

Ah! Je suis de retour dans mes bottines de belette cinéphile et ça fait un bien fou!

Belettement vôtre,

Amenicart

Permalien Un commentaire

La patience

12 septembre 2012 at 20:27 (TIFF 12)

Ça fait 12 ans que je vais au TIFF. Ça fait 12 ans que je croise Gavin Smith, rédacteur en chef de la revue Film Comment. Ça fait 12 ans que je le croise et que je deviens une statut devant lui, incapable de réagir et d’aller lui parler. Comme un Somalien tombé dans un igloo d’un coup, je gèle. Aujourd’hui, je l’ai croisé trois fois. La première fois, il s’est assis à côté de moi à la billetterie de la presse. La deuxième, il m’a suivie dans un cinéma, jusqu’à ce que nos choix de films nous séparent. La troisième, il m’est apparu alors que je sortais de la librairie média. Je lui ai ouvert la porte et j’ai pris mon courage à deux mains.

–       Bonjour… euh… M. Smith?

–       Oui?

–       Bonjour, je m’appelle Julie et j’adore votre revue et votre façon de voir le cinéma. Je vous croise depuis longtemps, mais j’ai toujours été gênée de vous dire bonjour, alors voilà, maintenant c’est fait.

–       Merci beaucoup, c’est très gentil. Merci de nous lire! Bonne soirée.

–       Vous faites de l’excellent travail. Bonne soirée, bon festival.

Sa poignée de main était un peu molle. La main était délicate et douce. Le regard un peu fuyant. C’est un nerd, c’est clair! J’en ai eu quand même pour mon argent.

Merci à mon instinct d’avoir sauté sur l’occasion. Enfin, c’est fait et c’est mon cadeau de 12e année. Surtout que je suis accréditée pour la première fois pour le New York Film Festival, qui célèbre son 50e anniversaire, du 13 septembre au 14 octobre prochain. Le festival ouvre avec Life of Pi de Ang Lee, d’après le livre de Yann Martel.

Permalien Un commentaire

The Master, le lien.

12 septembre 2012 at 07:26 (TIFF 12)

Voici finalement le lien pour la conférence de presse du film The Master. Ma voix apparaît à 21 minutes 50 secondes.

http://www.youtube.com/watch?v=QSjcDcpSOG4

Le festival se poursuit et je tente de sortir ma tête de l’eau. Je vous reviens dès que je le pourrai, avec d’autres anecdotes alléchantes!

Permalien Un commentaire

Next page »