Mary and Max de Adam Elliot

10 novembre 2009 at 16:26 (Tac-tic critiques)

Raconte-moi une histoire

En Australie, la jeune Mary Daisy Dinkle est entourée de sa mère alcoolique, de son père travaillant dans une usine et de son poulet.  Son monde est sans amis et le rejet règne. Afin de colorer son univers de petite fille, elle décide d’écrire à un États-Unien inconnu du nom de Max Jerry Horowitz trouvé dans un bottin téléphonique de New-York par hasard.  De son côté, Max est un homme d’âge mûr vivant à Manhattan avec ses poissons Henry, aimant les hot dog au chocolat et ayant de graves difficultés à entrer en contact avec le monde extérieur qu’il n’arrive pas à comprendre.  Son monde est sans amis et le rejet règne autant que ses crises de panique et d’angoisse. Une chose les réunit sans qu’ils le sachent encore: les sucreries ainsi que les Nubblets (dessins animés) dont ils sont fanatiques! Leur correspondance deviendra ainsi leur bouée de sauvetage dans leur monde respectivement sombre.

Durée : 92 minutes

La force de l’animation

Le réalisateur Adam Elliot (Harvie Krumpet, Court métrage oscarisé en 2004) s’attaque ici à la solitude ainsi qu’au rejet avec deux personnages très distincts et attachants qui de prime abord n’auraient jamais dû se rencontrer, mais qui ont été élaborés à partir d’une histoire vraie.  Créé sur une période de 5 ans, à partir du début du scénario jusqu’à la présentation finale, Mary & Max nous plonge dans un monde dur où les personnages vivent sans pudeur ni retenue des épreuves difficiles.  Jeunes enfants s’abstenir, le film n’est pas pour vous, il a été conçu pour des adultes avertis.  On y parle du mal de vivre, de la solitude, de la difficulté à aimer et à être aimé ainsi que de la santé mentale qui se détériorer avec un rien, des sujets abordés avec sensibilité pendant plus d’une heure trente (certains on trouvé ça un peu long).  On passe du côté couleur de Mary au côté noir et blanc de Max avec intérêt et humour, mais l’inconfort reste présent tant les situations sont loin des films de Pixar ou des Walt Disney qui finissent toujours bien.  Si vous avez aimé le court métrage d’animation « Ryan » de Chris Landreth et bien je crois que le film est pour vous.  Évidemment, le style d’animation est très différent, ici le style image par image est de mise et les personnages ont été construits en argile, en polymère, en plastique ainsi qu’en métal.  Il a fallu environ 57 semaines pour tourner le projet, car chaque semaine fournissait environ 2 minutes 30 secondes d’animation.  Une patience de moine de la part d’une équipe d’environ 50 personnes au niveau de la production du film d’animation.  (M’imaginer ici debout, en train d’applaudir cette équipe!!)

Le hic

Ce film australien présenté lors du festival du nouveau cinéma en octobre dernier et ayant remporté plusieurs prix, notamment au festival de Sundance en début d’année, n’est pas disponible en version française ni avec sous-titre français.   Oui, c’est dommage!  La version originale par contre (sentir mon positivisme accru de bilingue) nous offre les voix de Philip Seymour Hoffman (méconnaissable voix de Max) et Tony Collette (Mary plus âgée) entre autres.  Pour les anglophiles, la narration est assurée par Barry Humphries qui interprétait Dame Edna, le populaire travesti ayant interviewé plusieurs personnalités britanniques dont certains membres de la famille royale.  Le film prend l’affiche le vendredi 13 novembre prochain au AMC Forum seulement. Hic!

Pour plus d’information, le site officiel est passionnant, mais anglophone seulement.

http://www.maryandmax.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :