Antéchrist de Lars von Trier.

11 novembre 2009 at 20:51 (Tac-tic critiques)

D’emblée

C’est ce vendredi 13 novembre que sortira enfin la dernière controverse de l’incontournable cinéaste danois contemporain, le seul, l’unique : Antéchrist de Lars (mon bichon!) von Trier.  Oh! combien attendu par certains, oh! combien effrayant pour d’autres, le dernier opus mérite du moins qu’on si attarde, qu’on y porte attention même si le sentiment final pouvait être négatif ou positif, mais il ne laissera personne indifférent en partie ou en entier et assurera une discussion pour sûr.

L’insoutenable noirceur de la nature humaine

Un couple perd leur jeune bambin de façon brutale alors qu’ils sont en plein coït.  Suite à cette perte, la femme (Charlotte Gainsbourg, magistrale) entre dans les méandres du choc post-traumatique et de la dépression.  Son mari (Willem Dafoe, désarment, froid et efficace), thérapeute de métier, lui apportera son aide afin d’exorciser son mal de vivre profond et sournois.  Pour ce faire, ils quitteront la ville pour la campagne afin de creuser dans les peurs de la femme et de sa nature véritable.

Lars n’allait pas bien

Non, pas bien du tout, le tout a été maintes fois amené sur le sujet et transparait dans son film.  D’ailleurs, je vous avertis tout de suite, si vous n’êtes pas au top de votre forme mentale, attendez avant de voir ce film.  Trier souffrait d’une dépression profonde lors de l’écriture du scénario, il s’en remet toujours d’ailleurs.  Ça donne donc un film à la hauteur de cette mortelle maladie, c’est brutal, féroce, cru et sans pudeur.  Lars von Trier a ce don de pouvoir amener des sujets inconfortables sur la table et de les pousser à bout, de les manipuler de sorte que le spectateur en soit complètement renversé, je donnerai en exemple la peine de mort avec son Dancer in the dark.  Il voit l’expérience cinématographique « comme un caillou dans un soulier » (l’expression est de lui!).  Ça doit déranger et ça il le fait, mais je ne crois pas que le tout soit gratuit, Trier est trop intelligent pour ça.

Gagnant d’un prix spécial « pire film misogyne » donné par un des jurys du dernier Festival de Cannes, Antéchrist a soulevé les passions et les débats.  Trier misogyne?  Non, je ne le crois pas.  Pas du tout.  S’il existe un cinéaste capable de créer des personnages féminins forts c’est bien lui, voyez Nicole Kidman dans Dogville (2003), Björk dans Dancer in the dark (2000), Emily Watson dans Breaking the Waves (1996), elles sont toutes exceptionnelles.   Oui, il y a violence psychologique et physique dans le film, oui ça perturbe, oui il y a coupure de parties génitales, oui la femme s’en prend à l’homme, est-ce vraiment misogyne? Franchement, pourquoi personne ne se lève de cette façon devant la horde de gros films étatsuniens où la femme est stéréotypée à la puissance mille et doit devenir à tout prix fantasmes sexuels, pourquoi personne ne monte aux barricades de la même façon devant les publicités de bière, devant les magazines de moto ou de voitures avec poupounes rutilantes non, mais franchement les hommes traitent Trier de misogyne, arrêtez, vous me faîtes rire!  J’oserai même dire que Trier est féministe.  Outch?!!?  Ouais parce qu’il mets la femme à l’avant-plan de son œuvre depuis plusieurs années, parce qu’il nous offre des femmes torturées, mais fortes et capables de se tenir debout devant la manipulation, l’agressivité, l’injustice, même si se tenir debout peut mener à leur propre mort, elles vont jusqu’au bout du combat.  Trier va au fond de ses idées avec des personnages féminins. Et d’ailleurs à cette question, Trier a donné ceci comme réponse : « J’aime les femmes et je les déteste à la fois. »  Nommez-moi un être qui n’a pas cette opinion des humains en général.  Débattez de ce point comme bon vous semble. En passant, notre cher von Trier a même une compagnie de production de films pornographique au Danemark nommé Puzzy Power, cette compagnie offre de la production de film pornographique pour femmes.  Oui, vous avez bien lu…pour femmes.  Voyez comme il s’occupe bien de nous!

Le sexe maintenant.  Oui, Lars aime le sexe, le sujet est encore frappant dans son dernier opus. Les organes génitaux sont montrés et mutilés sans pudeur.  Dans cette histoire, le sexe est vu comme mortel plus l’histoire avance, s’il n’y avait pas eu de coït, l’enfant serait-il encore vivant?  La chaleur de l’amour se transforme en duel féroce qu’on doit gagner, la nature humaine si douce de prime abord (mais serait-ce un leurre?) explose après le drame et se déchaîne et l’œuvre pose ainsi la question suivante, avons-nous déjà les gènes de la démence ancrés en nous avant qu’un drame arrive et qu’il les ramène à la surface et tente de nous dévorer?  Ouais c’est du profond les amis, car le roi du Danemark ne fait pas dans la facilité.  Antéchrist nous le prouve encore.

Parlons images

C’est connu, Trier est l’un des pères du mouvement Dogme 95 avec caméra à l’épaule, éclairage naturelle et un paquet d’autres règles près de la nature minimaliste.  Par contre, avant l’époque du Dogme 95, Trier a fait des films très structurés et sérieusement mesurés au niveau technique, Europa (1991) en est un exemple vital.  Pour Antéchrist, Trier mélange les styles, la scène d’ouverture en noir et blanc où la musique classique parle seule avec la danse des images du drame qui surgit devant nous est d’une grande beauté cinématographique, certains la trouveront peut-être un peu trop grandiose, tant pis pour eux.  Ensuite, l’angoisse de la nature animale, humaine ou tout simplement naturelle est filmée avec un peu plus de brutalité, caméra à l’épaule pour augmenter la peur, l’horreur ou fixe pour augmenter le désir.  La direction photo est assurée par Anthony Dod Mantle qui a réalisé la direction photo de Slumdog Millionnaire, The Last King of Scotland, ainsi que plusieurs films du Dogme 95 dont le premier Fête de Famille (1998) (Festen de Thomas Vinterberg).  Il assure le mec, il assure!

Finissons en bordel!

Je conclurai sur ceci…si vous vous sentez tenter par le film, allez-y, sinon fuyez-le comme la peste, car il restera coller à vous pendant longtemps.  L’œuvre restera majeure qu’on l’aime ou non dans un futur proche ou lointain. Souvenez-vous d’une chose, Lars n’allait pas bien.  Bon caillou dans votre soulier!

 

Voici le site officiel du film, en anglais (comme la version original du film) et en danois :

http://www.antichristthemovie.com/?language=en

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :