Marilou Berry: Pas vilaine.

17 février 2010 at 14:19 (Tac-tic critiques)

Vilaine

De Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit

Bande-annonce :

http://www.azfilms.ca/video/ba_vilaine_fr.html

Sortie au Québec le 26 février 2010.

Depuis le film « Comme une image » (2004) d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, l’actrice Marilou Berry s’impose dans la cinématographie française.  Fille de l’actrice Josiane Balasko et du sculpteur Philippe Berry qui est le frère de l’acteur Richard Berry, Marilou Berry arrive avec profondeur et un sens inné de la comédie à mettre à l’écran des personnages de jeunes filles misent à l’écart par un physique peu populaire cinématographiquement et une force de caractère qui défrichent les avenues peu empruntées des personnages féminins habituels.  Elle est la représentation du « girl power » par excellence.

Sortie en France au mois de novembre 2008, le film-conte « Vilaine » des réalisateurs Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit, met en scène Marilou Berry dans le rôle de Mélanie Lupin, une Amélie Poulin politiquement incorrecte qui vacille tant bien que mal dans une gentillesse extrême envers des personnages qui en profitent sans égard.  De son patron Martinez (Pef des Robin des bois ou Pierre-François Martin-Laval) qui n’a de yeux que sur les blondes pulpeuses, ses « amies » Aurore, Blandine et Jessica qui ont à leur façon les mêmes fonctions que les belles-sœurs de Cendrillon, sa mère (Chantal Lauby, pas nulle du tout!) qui pousse la manipulation à l’extrême ainsi que de la voisine de Mélanie qui impose en silence la sortie de son chien sachant qu’elle ne pourrait pas dire non, Mélanie essaie tant bien que mal de faire sa place.  Mais comme toute bonne chose à une fin, une détestable astuce pour détourner Mélanie d’un nouvel amour fera en sorte de transformer Mélanie la gentille en Mélanie l’ultra vilaine.  Mais la méchanceté quand on a été trop gentil, a un prix et n’est pas toujours très facile à manifester.

Comédie dramatique aux multiples références cinématographiques, des films d’horreur et de zombies au « Jour de la marmotte » (« Groundhog Day », Harold Ramis, 1993) et à « Forrest Gump » (Robert Zemeckis 1994), « Vilaine », malgré ses défauts par manque de temps et de financement, reste un film coquin et aimable qui montre que deux hommes peuvent faire un film se consacrant à une antihéroïne et nous donner de bons moments de rigolade et de vengeance féminine sans tomber dans la dentelle avec une Marilou Berri forte et solide.

Informations complémentaires

Sur le film :

http://www.snd-films.com/snd-main.swf?id=98

Clip de bonne année avec Marilou Berry et le chat du film qu’elle a adopté :

http://www.youtube.com/watch?v=ppgCi-h24Ac

Site de Philippe Berry, sculpteur et père de Marilou Berry :

http://www.philippe-berry.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :