Quel est ton film préféré?

30 octobre 2011 at 21:06 (Aventures parallèles)

Quand on me pose cette question, je deviens inconfortable. J’en ai vraiment aucune idée. Mon ultime film préféré, ça dépend des jours, ça dépend de l’ambiance. Ça dépend de beaucoup de facteurs. Je ne crois pas avoir UN film préféré. Je dois avoir un top 100 caché quelque part dans ma mémoire de cinéphile. Une liste que je n’ai jamais écrite, jamais disséquée même oralement ou en pensées. Bien sûr, il y a des films que je préfère, des réalisateurs que j’adore peu importent (ou presque) ce qu’ils me présenteront. Bien sûr, il va sans dire.

Pour moi, le cinéma est une expérience. C’est donc plus que le film en soi, c’est ce qui s’est passé avant, ce qui se passera après; préférablement une discussion en solo ou plus si affinités qui pourra pousser l’expérience plus loin. Ça dépend si le projectionniste est à son affaire et voit rapidement que l’image est floue, que le son est distorsionné, règle avec agilité les problèmes encourus avec la projection. Ça dépend combien de personnes vont gosser sur leur OsBIP de putain de TabarBIP de gugusse à lumière. Si possible, aucune ne le fera, mais c’est peine perdue de l’espérer. Si la personne assit derrière moi piochait sur le dossier de mon banc, si les gens autour, à l’avant ou même en général parlaient, bougeaient, dérangeaient, bouffaient bruyamment leur putain de pop-corn au beurre format ogre boulimique ou pratiquaient des cochonneries coquines afin d’arroser de piquant leur nouvelle ou ancienne relation. Pas facile pour tous de sortir de chez soi sans amener ledit chez-soi dans un endroit public où chacun a droit à son calme et à sa bulle. Oui, mesdames et messieurs ont en est rendu là, à craindre le pire quand on va au cinéma et qu’on a payé le prix. Pas étonnant que les gens préfèrent rester à la maison. On ne sait plus comment se comporter en public. Personnellement, je crains être trop sensible au moindre dérangement. Un simple tic répété chez mon voisin, des commentaires continus, même ceux de mes amis assis près de moi, me tape sur les nerfs et influence automatiquement ma concentration et mon expérience cinéphilique. Je suis un aimant à cons lorsque je vais au cinéma. Plus j’espère une projection tranquille, plus je suis entourée de débiles. T’as une œuvre travaillée depuis des lunes parfois par des centaines de personnes alors… ferme ta yeule, bouge pas et enjoy! Si t’es pas content, sors et fais le savoir à l’extérieur à qui tu voudras! Dans certains cinémas, tu pourras même te faire rembourser!

Revenons à la question inconfortable. Je crois que ma première expérience au cinéma restera capitale. C’était au cinéma Odeon du Carrefour Laval. Avant, il y avait un cinéma en face du Carrefour Laval (bien avant l’horreur du Colossus!), à quelques pas du Sheraton. Un petit cinéma où ma mère et ma marraine m’ont amenée pour la première fois à la rencontre de ce qui allait devenir ma plus grande passion, ma plus belle histoire d’amour. Le film de l’heure du moment : Bach et Bottine d’André Melançon produit par le plus incroyable des producteurs de films intelligents pour enfants : Rock Demers. Mon premier film, ma première odeur de pop-corn, les grands bancs confortables et un écran blanc gigantesque devant mes yeux écarquillés de bonheur. J’ai encore l’image dans ma tête.  J’ai encore l’odeur aussi. Du bonheur rien que du bonheur. C’était mon cadeau de fête de l’époque de mes huit ans. Je me souviens avoir été captée par le film, une œuvre que je me suis achetée beaucoup plus tard et qui fête cette année ses 25 ans. Un film vraiment formidable pour un enfant. Je crois franchement que ma génération a eu une chance inouïe d’avoir Rock Demers et ses contes pour tous. Quelle chance! Pour les Étatsuniens, ça été le fameux E.T. en 1982 (que je n’ai jamais vu au complet, je suis probablement seule sur mon île, mais je m’en contre fiche), Les Goonies en 1985 (Goonies, Goonies!!), etc. D’ailleurs, Bach et Bottine et Les Goonies ont la même cote du côté de Médiafilm, c’est-à-dire un 4 pour bon. (Bon?! Come on!!) E.T. récolte pour sa part un 2 pour la mention remarquable. SCANDALE!! Je donnerais bien un 2 à Bach et Bottine. Un extraterrestre qui s’appelle E.T. c’est pas mal moins original qu’une mouffette domestique qui s’appelle Bottine. J’dis ça d’même là.

Or donc, mes premières heures avec le grand écran du cinéma m’ont profondément marquées, et c’est probablement pourquoi Bach et Bottine est l’un de mes films préférés. En voilà un, le tout premier. Les autres se sont enchaînés l’un à la suite de l’autre. J’en parlerai plus tard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :